Mieux vaut investir simultanément dans toutes les infrastructures

Posted on Updated on

Les acteurs politico-économiques estiment que l’attractivité des territoires passe par le développement des infrastructures.
Avec raison, le plus souvent.
Mais attention à n’en oublier aucune.
C’est ce que montre une étude réalisée par le cabinet Algoé pour le compte du MEDEF Auvergne – Rhône-Alpes : la région pâtit, notamment, d’un réseau ferroviaire insuffisant.

Beaucoup d’élus s’interrogent sur les actions à mettre œuvre pour attirer de nouvelles populations et d’autres activités économiques sur leur territoire. Et ce, dans un contexte concurrentiel entre les territoires, et une disparité des atouts locaux liée à l’histoire, la géographie…

Quels peuvent donc être les facteurs d’attractivité d’un territoire ?

Le développement des infrastructures, semble être la réponse la plus évidente. A condition que toutes les infrastructures soient prises en compte : route, ferroviaire… et fibre, pour éviter la fracture digitale.

C’est ce que souligne une étude portant sur les infrastructures de la région Auvergne – Rhône-Alpes qu’a réalisée le cabinet Algoé pour le compte du MEDEF régional.

              Il manque un RER sur Lyon

Si cette étude montre qu’en matière d’infrastructures routières, la région est déjà relativement bien lotie (1700 kms d’autoroutes et autres axes à 4 voies), elle pointe un retard au niveau du maillage des réseaux numériques ; la région se place en effet dans le peloton de queue lorsqu’elle est comparée à ses homologues européennes.

L’étude d’Algoé met également en avant l’insuffisance du réseau ferroviaire : il manque à la fois un RER sur l’agglomération lyonnaise et des liaisons entre l’Auvergne et Rhône-Alpes.

Cela étant, même si elles constituent un support essentiel pour l’essor des activités économiques et des échanges, les infrastructures de transport peuvent aussi avoir un effet pervers. « Elles encouragent les inégalités territoriales. Quand on facilite les déplacements, on encourage les gens à habiter plus loin », explique Benoit Demongeot, consultant de l’unité « Transports & Mobilités » du cabinet Algoé.

Attractivité des territoires : développer simultanément toutes les infrastructures