Comment progresser ? « Le tri sur le chantier reste la clé »

Posted on Updated on

Réduction de la proportion de matériaux en mélange, baisse des matériaux en décharges illégales, si les chiffres régionaux du recyclage sont au vert, il reste encore des marges de progression.
État des lieux avec Michel Zablocki, Président de la commission recyclage de l’Unicem Auvergne-Rhône-Alpes.

Ces dernières années, nous assistons à une vraie émulation locale sur le recyclage avec une recherche de pratiques de plus en plus vertueuses. Les derniers chiffres du recyclage en région s’en ressentent et montrent une évolution plus que positive.  Autre point significatif : la baisse des matériaux mis en décharges illégales qui dénote une sensibilisation plus forte sur ce sujet, une nette amélioration pour l’environnement et aussi une baisse de la concurrence déloyale faites aux plateformes de recyclage et aux carrières qui valorisent les matériaux non recyclables”.


Taux de performance : nous visons les 100%

“On plaide pour recycler au maximum ce qui peut l’être. Notre objectif aujourd’hui est de pouvoir recycler 100% des 8,9 MT des matériaux inertes issus de la démolition qui partent des chantiers, à l’exclusion des terres non polluées qui ne peuvent le plus souvent pas être recyclées mais peuvent être valorisées dans le cadre du réaménagement des carrières.” 

Réduire les déchets en mélange

“L’ensemble de la filière peut encore améliorer le taux de recyclage en évitant, par un tri plus efficace, que ce que l’on met en réaménagement de carrière ne soient pas des matériaux recyclables. Nous avons encore ce travail à faire. Nous serons aidés en cela avec l’optimisation du tri sur chantier.
Quand on reçoit des matériaux inertes en mélange, une bonne partie va en remblai de carrière car il n’est pas toujours cohérent écologiquement de faire la séparation sur nos sites. Il faut réduire ces 4,1 MT de matériaux en mélange dont une fraction pourrait être recyclée.”

Un taux de couverture presque au plafond

En ce qui concerne le taux de couverture (26%), si nous arrivons à développer encore plus le recyclage et le réemploi des matériaux naturels, nous pourrons faire monter ce chiffre bien que notre marge de progression reste limitée à 28% ou 29%.  En effet, on continue de construire beaucoup plus que l’on ne démolit,  donc il y aura donc besoin d’un apport de matériaux beaucoup plus conséquent que la démolition ne peut en générer..