Les matériaux drainants contribuent au « Zéro Artificialisation des sols »

Posted on Updated on

A Villemoirieu, la place du Petit Café est recouverte de béton drainant
Progressivement, les collectivités locales se mobilisent pour atteindre l’objectif « Zéro Artificialisation nette des sols » (ZAN) à l’horizon 2050 fixé par le gouvernement mi-2019. Les enjeux sont importants : maintien de la biodiversité des sols, capacité de résilience face aux risques d’inondation et de changement climatique, notamment. Reste à trouver des leviers pour agir en ce sens. Rarement évoqué, le recours aux matériaux drainants constitue pourtant l’une des solutions à explorer.

Dans le document « Trajectoires vers l’objectif ZAN : éléments de diagnostic » qu’il a publié fin 2018, le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) évoque des « gisements d’économie d’artificialisation dans les zones non tendues ». France Stratégie, organisme d’étude rattaché au Premier ministre, suggère « des leviers pour protéger les sols » : « conditionner l’artificialisation à une renaturation équivalente », par exemple. Mais, dans leurs propositions, ni le CGDD ni France Stratégie ne considèrent l’emploi de matériaux drainants comme pouvant contribuer à l’objectif ZAN.

Pourtant, qu’il s’agisse de la réalisation d’un nouvel équipement (piscine, médiathèque…), de la construction de logements neufs, ou d’une opération de renouvellement urbain (réfection des chaussées de parkings, de voiries urbaines, de routes…), des solutions de bétons drainants et/ou de structures poreuses pour la chaussée ou pour l’aménagement des espaces publics ont fait la preuve de leur efficacité depuis dix ans qu’elles existent.

Ces solutions présentent en effet plusieurs avantages. Elles permettent la retenue des effluents polluants, un stockage temporaire des eaux pour prévenir les crues, la réalimentation progressive des nappes phréatiques par une infiltration progressive des eaux, et une évapotranspiration (donc une réduction des îlots de chaleur). De plus, certains bétons drainants sont « végétalisables », ce qui ouvre d’intéressantes possibilités d’aménagement.

Autant d’arguments qui devraient, à l’avenir, inciter les collectivités locales, chaque fois que cela est pertinent, de demander le recours aux matériaux drainants dans leurs appels d’offre, idéalement issus des ressources locales exploitées par des entreprises du territoire.

Les matériaux drainants peuvent apporter des solutions

Comment aménager un territoire à l’heure du changement climatique ? Parmi les solutions, l’utilisation des matériaux drainants